Le Druide Face a l'Ego Spirituel



Le Druide Face a l'Ego Spirituel:

Questionnement sur l'Ego Spirituel.

Suite a quelque différent avec d'autre personne sur une autre forum, j'ai pas mal réfléchie a l'Ego Spirituel et de quelque façon il ce manifeste dans notre pratique, j'ai trouver des réponses sur certains sites internet et dans des livres qui en parlaient, ce qui ma aiguiller pour la réflexion, que je partage avec vous ici. 

Toutefois il ne faut pas voir ce sujet comme des affirmations immuables, c'est juste des remarques et des choses que j'ai vécues, en fait ce sujet c'est plus des notes pour clarifier notre penser au sujet de l'Ego, a chaque personne ensuite de se faire sa propre idée la dessus, et on ne vis pas tous les mêmes choses forte heureusement dans notre parcours spirituel (Druidique ou autre) en plus c'est quand même subjectif, mais il faut toujours voir ce type d'expérience comme quelque chose de positif, les remarques blessantes et les gens qui vous provoque parfois ça aide vraiment a avancer, ça nous fait du bien d'être bousculé par les autres par moment on en a vraiment besoin. 


L'égo dans la Spiritualité Druidique : 

Je vous écrit ce sujet qui serra le dernier que je posterai peut être sur le forum en question. Suite a des remarques, d'autre membre, je ne souhaite plus participé a la vie de ce forum, je viendrais peut être que pour parler a Mage, FilledelaLune, Princesse Peach et Baldr Yrungr. si j'y retourne un jour. De fait ils n'ont pas supprimer mon profil et j'ai plus envie de me connecter chez eux. J'ai pas super envie de me faire insulté a nouveau mais bon... bref. On est tous confronter a un moment ou a un autre a ce genre de circonstances dans la vie et encore plus sur internet, ça m'étais déjà arriver avec des Druides sur le web. Alors j'ai plus ou moins l'habitude de ce type de situations. 
Alors de mon point de vu pour en revenir a l'Ego … Qu'est ce que l'Ego ??? On a tous une définition subjective de ça ? 
Quand on veux approcher ce sujet de façon plus sérieuse il nous faut étudier Vincent Carraud et René Descartes pour ne cité qu'eux. On trouve aussi en psychologie la définition du terme « Ego » comme la transcendance qui sert a désigner le « Moi » (la personne profonde, pour simplifier) a noté que c'est différent du « Surmoi » qui lui vient de la petite enfance, les valeurs transmises par les parents, la société ou toute autre systèmes de valeur, ou de comportement et code sociaux. 
Ensuite vient le « ça » qui est la pulsion de l'émotion et du désire. 
Donc pour commencer ne pas confondre le « Moi » en terme d'Ego avec le « Surmoi ». 
Mais mon niveau d'approfondissement ne va pas plus loin je n'ai pas fait d'étude de psychologie non plus. 
Toutefois on ce doit de bien prendre en compte que l'éducation, la société et le désir ou l'émotion (voir envie, colère, peur …) joue sur « l'Ego » d'une personne. 
Le Surmoi c'est l'assimilation de l'ensemble de règles qui régissent le comportement, le langage à adopter dans une société le fait et la manière d'observer ces usages. 
Dans le Druidisme après l'initiation Druidique a proprement parler, le Druide suis au sein de son cheminement une voie qui va le mener a la rencontre des trois cercles. L'épreuve ultime qui va faire de lui un Druide aux yeux des Dieux ou non, il va éprouver ses peurs, contempler ses anciennes blessures et les traits de caractère de sa personnalités profonde, sa part de lumière, sa part d'ombre et être mit a l'épreuve, des illusions de l'ego ou de ses fantasmes a propos de sa personne. Mais ça j'en ai déjà parler dans mon sujet sur « L'élévation Druidique des trois Cercles ».
L'Ego spirituel trop fort anéantie toute tentative de faire le bien autour de soit et toute forme de progressions spirituelles.  Le druidisme se ressent mais ne s’apprend pas, si on n'est dans un « Ego » trop fort on ne peut ressentir... En tout cas c'est plus difficile, de sentir, voir et entrendre ; les Dieux ne sont pas des idiots. SI la personne n'est pas capable d'apprendre ou de venir en aide. Bien il ne se passe plus rien, ce qui lui a été accorder peut disparaître.
C'est pour ça que les sous entendu de certains m'ont vraiment blesser ici sur ce forum et que je ne m'étendrais plus sur le sujet du « Druidisme » a l'avenir. 
S'achant que tout ce que je souhaite c'est aider les autres et leur évité les problèmes. 
Donc a ceux qui pensent que le Djihadisme ou que les mouvement sectaires ce sont des choses acceptable et que de si opposé (a ces idéologies) c'est avoir un Ego démesuré, bon alors dans ce cas j'en ai un. Certes!  Que voulez vous, le Bien incommode toujours le mal. Que puis je dire et penser d'autre ???
Dans une certaine mesure quand les tensions intérieurs ne sont pas évacuer par les personne toute situation si banale soit elle comme une simple discussion sur le bien et le mal, ou sur la compréhension d'un acte immorale ou inhumain, devient un évacuateur de la souffrance non conscientisée, au détriment de sa santé et du bien-être des gens tout autour. 
Le Druidisme tel que je le conçois, est une chemin de réflexion et d'action, dans le respect de certains principes : le vrai, le juste, l'amour, l'humanisme et la liberté. 
Pour moi ce qui importe avant tout dans le Druidisme c'est d'être authentique et sincère.
Dans la Spiritualité de façon plus général, quand on parle d'Ego pour un certain nombre de courants spirituels, l'ego est la représentation fausse qu'un individu se fait de lui-même. 
Cette représentation fait écran à la vraie nature de l'homme.
Certains auteurs comme le sage indien Krishnamurti parlent de l'ego comme d'une fausse personnalité constituée de souvenirs et d'expériences. La confusion entre l'ego/« fausse personnalité » et sa vraie nature produit une illusion qui prive ceux qui en sont prisonniers d'une vraie liberté et les enchaîne à des schémas de souffrance (égocentrisme, orgueil, vanité, amour-propre, « perception erronée du monde »). Et la je source Wikipédia, mais dans certain livres on retrouve ce concept. 
Parfois faire des recherches et couper les infos entre internet et les livres a dispo est une bonne chose.
Dans cette conception, une personne libérée de son ego connaît l'éveil spirituel. Les méthodes pour se libérer de l'emprise de l'ego sont diverses et chaque école spirituelle a plus ou moins la sienne.
Dans le champ de la spiritualité moderne et du transpersonnel, l’ego est souvent utilisé en distinction du soi (le moi supérieur)
Pour certains enseignements spirituels, les relations humaines, et ce qu’elles entraînent à l’échelle planétaire, s’effectuent par « Ego » interposés. 
Pourtant, l'ego n'a pas réellement de réalité, il ne serait qu'un « complexe » produit par des constructions mentales ou des dysfonctionnements psychiques

Dans le Druidisme la seule façon d'y parvenir a ce libérer de son « Ego » c'est d'apprendre à discriminer entre ce que nous souhaitons être et ce que nous sommes vraiment. 
Ce qui n'est rien d'autre qu'une reformulation du fameux "Connais-toi toi-même!" ou encore de " Soit et montre ce que tu es dans tes actes!"  
Pour cette quête de l'Ego si je puis m'exprimer ainsi le Druide (ou la personne qui s'immerge dans cette quête) aura l'impérieuse nécessité d'aller creuser dans ses peurs, ses fantasmes, ses errances. Cette mission de vie est éreintante, mais obligatoire pour qui souhaite surpasser les entraves d'un « Ego spirituel » trop fort.
Aucun répit, aucune fausse concession ne nous sont autorisés. L'homme spirituel en quête aura sans doute envie d'échafauder des contes et des histoires, pour justifier l'injustifiable, mais les actes de sa vie le rattraperons, les Dieux lui remettrons la vérité en face.
On peut penser que cette loi de l'expérience de l'incarnation est impitoyable, et en vouloir aux Dieux être en colère contre eux. Mais en réalité, c'est une très bonne chose, ça nous remet sur le chemin de nos vies, les Dieux et le Destin nous éduquent avec dureté et amour parfois. 

L'Ego Spirituel Si l’on écoute la définition “normale”, ego signifie juste conscience de soi. Notre ego est simplement la conscience de notre individualité. JE m’appelle un tel, JE suis de telle origine, J’aime faire la cuisine… quand nous parlons avec un “JE” ou avec un “MOI” c’est simplement notre conscience de nous-même qui s’exprime. Jusque là, ce n’est absolument ni négatif ni positif, l’égo est tout simplement NEUTRE. Le mot en lui-même n’a été crée avec aucune connotation. Notre conscience de qui nous sommes et de notre individualité (notre ego) fait partie de nous, au même titre que notre conscience du Monde, des autres, notre conscience de notre corps, notre conscience supérieure. D’un point de vue spirituel, notre conscience supérieure / âme choisit de s’incarner dans un corps physique, justement pour expérimenter la perspective de l’individualité. Le fait d’avoir conscience de soi-même à la base n’est pas plus positif ou plus négatif que quoique ce soit d’autre. C’est simplement un fait.
C’est depuis l’arrivée des courants philosophiques, mais surtout religieux et spirituels, que le mot ego a commencé à prendre une connotation extrêmement négative. Et pour des raisons plutôt fondées : absolument tous les problèmes de l’humanité sont liés à l’égo (agir EGOïstement – versus agir pour la conscience collective). Autrement dit, si je vole mon voisin, je suis à 100% dans mon individualité, et je ne pense pas à ce que mon voisin pourra ressentir s’il est volé. Si je fais la guerre et que je tue les habitants du pays voisin au mien, c’est parce que je me suis identifié à mon individualité, que j’ai estimée “meilleure” que l’individualité de l’autre, et qui me justifie donc le droit de le tuer. Je me suis tellement identifié à ma représentation de moi-même (ou plutôt à ce que ma famille, mon pays, ma religion, a identifié de moi-même ou fait en sorte que je devienne), que j’ai complètement oublié que je n’étais pas ce corps physique, cette identité terrestre, cet âge, cette religion, cette origine, ni même ce sexe. Je suis un homme qui viole une femme car j’ai oublié qu’au delà de nos deux corps nous sommes identiques; je suis une jeune femme qui ment et qui manipule car j’ai oublié que le mal que je fais aux autres je le fais à moi-même. 
L’égo n’est ni bon ni mauvais, il est neutre, mais il devient “mauvais” quand il devient notre seul moyen d’identification. Quand une personne ce pense supérieur a une autre ou plus quelque chose...
Souvent c'est considération sont lier au physique ou au statue sociale : apparence, âge, sexe, statut social, religion, possessions extérieures, et qu’elle devient totalement détachée du bien commun et déconnectée de notre conscience supérieure, (du « Surmoi »)
Par contre Il devient vraiment dangereux quand c’est lui qui nous contrôle et non l’inverse; quand il n’est plus seulement qu’un outil de “survie” mais qu’il vient se mettre au travers de notre propre développement personnel. L’égo se battra toujours pour sa survie car sa plus grande crainte est d’être anéanti (il a été créé justement pour cette raison à la base, la survie, pour nous donner assez de temps pour pouvoir expérimenter une perspective physique et individuelle). 
Je ne suis pas nom plus une des personnes les plus pure et les plus haute dans les sphères spirituelles ou plus digne qu'une autre ??? Je ne sais pas ce qui vous a fait penser ça ? Ou que je me voyais comme ça ?? De mon côté qu'on insulte Freya ou qu'on fasse des sous entendus douteux a sont sujet, me met toujours en colère. Celui qui ne comprend pas ça, je peut éventuellement traîter sa Mère ou une autres femmes de son entourage pas un mot commençant part « P » ??? C'est possible sa donnera une idée... il suffit de me demander vous savez pas besoin de me provoquer et de me pousser a bout pour ça ? Ni de s'en prendre a une des Divinités qui ma le plus aider. 
Ou alors faite le, reprochez moi éventuellement mes liens avec Freya et insulter la, quel grand esprit négatif est elle devenu, je peut l'entendre mais montrez moi la preuve que vous en avez fait plus pour moi qu'elle ?? Pas de Preuve ??? …. Dans ce cas … Bien pas de bras pas de chocolat !!! 

Avoir un Ego spirituel trop fort empêche de voir quoi que ce soit.
Pour avoir des contractes spirituels régulier avec des divinités (bon il y a une base d'élection c'est sur) mais le plus important ce n'est pas ça, c'est de pouvoir rester a sa place, humblement soit même et être juste un homme qui vit parmi les hommes, rien de plus. Apprendre a rester a sa place est une bonne chose qui nous permet de faire l'expérience de la vie avec courage, discernement et sincérité.

Une des leçons en tout cas que j'ai apprise grâce a eux. C'est que ça ma permit de me rendre compte du niveau ou j'en suis, et que l'on trouve des personnes a l'Ego sur dimensionner dans les traditions qui on une approche matérialiste, mais qu'on trouve aussi la même chose chez les spiritualistes. La bonne attitude d'après mon expérience c'est de ce trouver en équilibre entre les deux. 
Pas trop de Matérialité et pas trop de Spiritualité ou du moins pas aller ce perdre dans les fantasme magico-spirituel. Une bonne spiritualité permet de faire des progrès de façon concrètes et d'avancer. 
Pour ce libérer de cet « Ego » qui détruit le premier travail est sans doute de renouer avec la force vitale qui, pour beaucoup d'humain, a été anesthésiée, ayant été confrontés à des écueils rencontrés dans notre enfance ou adolescence. 
La trahisons, les abandons ou autres choses qui nous ont marqués au fer rouge.  

C’est la raison pour laquelle la plupart des courants spirituels et religieux ont prôné le message que l’égo est notre pire ennemi, ainsi que le pire ennemi d’une humanité en paix. 
Tant que les humains en resteront à une conscience d’eux-même basée uniquement sur ce qui est “visible”, physique, palpable, terrestre, matériel, et ce qui les concerne “eux”, les plus grands problèmes de l’humanité ne pourront être résolus. L’égo “négatif” se nourrit de peur, d’anxiété, de ressentiments, de jugements, de possessions, mais aussi de “résistance”. L’humain est très fort, à travers justement sa perception de lui-même et donc son égo, pour toujours se trouver les meilleures justifications pour agir “égo-ïstement” (en opposition encore une fois à agir pour le bien collectif). 
Autrement dit, j’agis, avec la conscience que j’ai de moi-même, mon égo, pour moi, pour mon propre intérêt, et non pour l’intérêt commun des personnes concernées. 
Si je vole quelqu’un car mon égo m’a convaincue que je suis en droit de le voler, car je possède moins que l’autre, alors je suis persuadée que mon action n’est pas “mauvaise”; mon égo, ma perception de moi-même et donc de ma réalité m’a donné une version plausible et séduisante, qui me permet de me détacher de toute culpabilité. C’est pareil si je tue quelqu’un qui a une autre religion, car je suis persuadé que mon Dieu à moi est le bon Dieu. (les Djihadistes pour repprendre l'exemple de la discussion sur les "Attentas terroristes" sur laquelle nous nous sommes disputé sur ce forum en question).
Mon égo m’a persuadé que je fais le bien en commettant cet acte puisque j’élimine ceux qui servent un mauvais Dieu. Mais dans ces deux situations, qu’aurait décidé un égo, autrement dit une conscience de son individualité, mais fusionnée avec une conscience de son Surmoi (ou en Anglais : « Higher-self ») et à la conscience collective ?  Ce n'est pas les mêmes choses. 

Nous vivons dans un monde physique, c’est à dire que notre âme a décidé de venir expérimenter une perspective physique, et individuelle, tout du moins chez les humains (car certaines espèces animales fonctionnent sous forme de consciences collectives comme les poissons et certains oiseaux ou mammifères). Il n’existe pas chez les humains des groupes d’âmes par exemple qui ne formeraient qu’une seule âme et conscience mais séparées en plusieurs corps et agissant donc par conscience collective pour le bien de tous. Chaque humain a sa propre conscience de lui-même. Il peut par contre choisir d’élever sa conscience de lui-même, par exemple en faisant un travail spirituel, en se détachant de son identification physique et mentale, en prenant du recul sur sa vision de lui-même et sa vision du monde, en regardant du point de vue de son higher self (Surmoi) justement son égo opérer, pour y inclure un concept plus “global”, y incluant les autres êtres “individuels” ou même non individuels peuplant sa planète. En décidant de voir “le plus grand plan”, et d’utiliser son individualité au contraire non plus uniquement pour lui-même mais désormais pour le bien collectif. L'”individu” Martin Luther King par exemple a utilisé son individualité (puisqu’il a un nom et une identité propre en tant qu’être humain vivant et conscient), pour le bien commun. C’est la même chose pour toutes les autres personnes qui agissent au quotidien pour le bien commun, à travers leur corps physique pourtant individuel.

Un petit mot encore sur l'Ego Spirituel :

L’égo spirituel est souvent bien pire que l’égo “normal” que la plupart fuient comme la peste et dont ils pensent, ironiquement, s’être détachés. 
Lorsque nous cheminons dans la Vie et que nous prenons conscience de certains apprentissages que nous devons faire, nous commençons à nous ouvrir à de nouvelles manières de voir les choses, de vivre nos difficultés, de comprendre l'autre… et soi-même. ... Et qu'un égo, fut' il spirituel, demeure… un « ego! » Prendre du recule alors demeur indispensable. Pour ne pas se croire au-dessus des autres et savoir mieux que les autres ce que chacun a besoin de faire pour évoluer. Après tout chaque personne a son propre chemin, et on fait tous nos erreur, nos expérience et notre évolution en découle. Chaque cheminent a pour but l'apprentissage, spirituel ou non, on apprend toujours quelque chose de ce qu'on vie. 
Alors c'est pour cette raison que j'avais mit en garde contre les Djihadistes et cette idéologies, mais après tout ceux qui souhaite ce vautrer dedans le peuvent, la meilleur des expériences c'est encore le vécu. Après chaque personne est bien sur libre de ce détruire et de détruire sa vie et celle de ses proche ou d'inconnue, c'est juste qu'être témoin de ça me met en colère, je n'arriverai jamais a me faire a cette idée, que de vies et d'énergie perdue... Quand tout le monde est Mort et que les « On est Charlie! » on Disparus dans l'écoulement quotidien du temps, que reste t'il de tout ça ??? 
Les choses en plus recommence ??? Et c'est comme un Jörmingandr qui ce mord la queue, sans début ni fin … ?? Du coup je comprend que faire le mal ne sert a rien ??? Juste a rajouter de la souffrance dans un monde qui en déborde... Suis je atteint d'ego spirituel pour comprendre ça ? Je ne sais pas peut être ?? Oui peut être que vous avez raison. Mais nous le sommes tous a un moment ou a un autre non ?
Nous sommes tous sujets à vivre le gonflement de notre ego spirituel ! Il est tellement bon de vivre en fonction de ses valeurs et de sa propre philosophie de vie que nous croyons que tout le monde devrait faire comme nous, tant nous nous sentons mieux maintenant qu’avant de nous ouvrir à notre vie spirituelle. 
Le problème de la majorité des humains, est que pour la plupart ils sont déconnectés de leur propre source d’enseignement intérieur, de leur propre guidance, alors ils suivent à la lettre les autres enseignements extérieurs sur lesquels ils tombent. Ils n’ont bien souvent pas non plus la faculté d’analyser pour quel champs de conscience l’enseignement en question a été créé et si cela s’applique à leur cas précis, au moment précis où ils cherchent à l’appliquer. 
Le bouddhisme a dit que la colère et le désir n’étaient pas bon, alors on va se forcer par tous les moyens à se déconnecter de ses propres émotions pour ne plus ressentir de colère même si c’est inauthentique et même si cela nous fait souffrir à l’intérieur, et c’est pareil pour le désir. 
Au sujet de la Colère le Druidisme au contraire dit de l'exprimé, avoir une sainte colère est salvateur. Mais ça c'est le point de vu Druidique. De mon côté toutes mes colères m'ont fait avancer et évoluer, parce qu'une fois l'émotion vive de cette sainte colère passer je me met a me posé les véritables questions.
Dans du point de vue Bouddhiste, au sujet du désir (du « ça ») on va s’interdire de désirer une plus belle maison en culpabilisant car la religion ou la spiritualité laisse entendre que le désir est la source de toutes les souffrances. On va culpabiliser de nous mettre en colère pourtant sur des choses qui nous touchent et sur des choses inacceptables qui se passent sur notre planète, car cela ne correspond pas à cette image de la “perfection spirituelle” que nous avons tous en tête (un maître zen bouddhiste en train de méditer que plus rien ne peut atteindre et qui est en pleine paix intérieure). Cette image est rentrée tellement fort dans l’inconscient collectif qu’automatiquement si on prononce le mot “spiritualité” ou “bouddhisme”, c’est la première image qui arrivera en tête de 99% des humains.
On peut tout de suite se rendre compte du danger d’une telle pensée collective, car cela veut dire que tout ce qui ne correspond pas à cette image ancrée dans notre inconscient, “n’est pas spirituel”. Un moine en colère ne peut pas être “spirituel”, une personne normale en colère encore moins; un moine sur un jet ski n’en parlons pas, une personne normale sur un jet ski encore pire (mon dieu, l’égocentrique matérialiste !), un moine ne s’habillant pas en moine est déjà tout de suite également moins spirituel, et une personne normale s’habillant selon les critères de mode actuels (même si c’est parce qu’elle-même aime cette façon de s’habiller) est “encore moins spirituelle”. Une femme qui se maquille, est moins spirituelle qu’une femme qui ne se maquille pas. Une femme qui se décolore les cheveux est moins spirituelle qu’une femme qui garde ses cheveux naturels, même si cette dernière ne s’aime pas.

Qu’est ce que cela veut dire ? La spiritualité n’est-elle devenue qu’une question “d’avoir l’air spirituel” ?  – puisqu’il n’y a apparemment qu’une seule façon d’être spirituel. Alors dans ce cas il faudrait revoir la définition de la spiritualité. La spiritualité, n’est-ce pas tout simplement la conscience que nous ne sommes pas que ce corps physique, mais une âme et conscience qui existent en dehors de tout, et qui ne peuvent pas mourir ? Ne peut-on donc pas, avoir parfaitement cette conscience, sans avoir besoin de le montrer par des habits spéciaux, une façon de parler spéciale, des activités spéciales, des lieux de visites ou d’habitations spéciaux, des chants spéciaux, des musiques spéciales ? Et par dessus tout, juger toute personne qui ne rentrera pas dans ce moule, comme étant “non spirituelle” ?
Puisque qu’encore une fois, dans l’inconscient collectif, spiritualité rime avec guenilles, pauvreté, méditation, maître zen impassible qui ne se met jamais en colère – alors quelle est la chose la plus facile pour quelqu’un qui veut être considéré comme “spirituel” ? Vous l’aurez compris, il n’aura qu’à correspondre à l’image de cet inconscient collectif. Paraître spirituel est la chose la plus facile au monde. C’est cela que tous ceux qui s’estiment être “plus spirituels” que les autres uniquement de par leur apparence ou leurs activités justement ne comprennent pas. Ils ont au contraire choisi la facilité, la facilité de suivre ce qui se fait, justement par “égo” – Ego de se dire que JE suis capable aussi de rentrer dans ce moule et d’être “spirituel” moi aussi. Voyez-vous à quel point cet égo est fourbe ? Peu importe ce qu’il est à l’intérieur, un homme rasé avec une tenue de moine sera automatiquement considéré comme étant spirituel, le cerveau n’émettra même pas de filtre tellement c’est profondément ancré (malgré le fait qu’on connaisse pourtant tous par coeur la célèbre expression “l’habit ne fait pas le moine”) – alors qu’un rappeur en colère par exemple sera considéré comme non spirituel. Pourtant, qui nous dit que la conscience du rappeur n’est pas beaucoup plus élevée que celle de l’homme habillé en moine ou en yogi ?

Notre monde changera lorsqu’on aura mis de la conscience justement dans l’argent, dans l’égo, et dans le physique, sans n’avoir plus à le rejeter. Car tout dépend toujours de la conscience que nous mettons dans les choses que nous faisons. L’argent, l’égo, le physique, sont parfaitement neutres. Ils dépendent uniquement de quelles consciences en prennent possession. 

L’égo spirituel est bien l’un des plus vicieux. Mais une fois qu’on l’a identifié, chez nous-même et chez les autres, il perd facilement son vice. Mon conseil pour toutes les belles âmes qui se lancent sur un chemin spirituel, ne vous laissez jamais rabaisser par les partisans de “l’ancienne façon d’être spirituelle”, par les partisans du New Age, un milieu qui est devenu énormément “aseptisé”. Certaines théories disent que le New Age aurait été créé justement par l’ombre, pour empêcher justement les gens d’être ce qu’ils voudraient être, et faire ce qu’ils voudraient faire, en créant une autre forme de religion, où encore une fois tout le monde devrait correspondre aux critères établis. On y créerait des principes phares, tels que l’amour inconditionnel, le refoulement de la colère, l’acceptation de “tout ce qui est”, la conviction que la passivité est la chose la plus spirituelle, pour faire en sorte que le “mal” puisse exister en toute impunité. Partant de bons enseignements et de bons principes, ils ont été poussés à l’extrême et on assiste à de nombreux déboires et dangers dès que l’on perd l’équilibre dans quoi que ce soit. 
La spiritualité ne doit pas être une énième religion. 
La spiritualité doit faire partie de chaque être humain, dans son individualité, et le résultat de toute façon de plus de conscience dans chaque être humain, ne pourra être que l’avancée du bien collectif, car un humain conscient et libre, qui ne fait partie d’aucun dogme et d’aucune religion, est un humain qui est en alignement avec lui-même, qui est dans la joie et non dans la résistance, et donc qui apporte forcément sa pierre à l’édifice, par ses actions mais aussi par sa vibration. Et n’est-ce pas cela, le vrai but de la spiritualité ? 

Pour le Druidisme  le chemin spirituel que l'on nomme Druidisme. Autant le Druidisme est ancien, autant il est vivant aujourd'hui. A l'instar d'un vieil arbre qui, un matin de printemps, respire la vie et la fraîcheur, allongeant ses branches vers le ciel et ses racines dans les profondeurs de la terre ancienne et forte.
Le Druidisme est une spiritualité de la Terre et du Ciel, elle découle des premiers hommes qui gravèrent des Déesses Mères et des Dieux cornus dans les cavernes, qui construisirent ensuite des observatoires astronomiques de pierres, elle vit et coule dans nos veines, son souffle est dans notre souffle, elle est partout en nous et autour de nous et elle nous donne la Nwyfre, l’énergie de l’espace éthéré, Lumière subtile matricielle des quatre éléments, elle nous relie à nos Dieux, elle nous donne l’inspiration de l’Awen.
Nos Divinités guides quand on arrive a surmonter les épreuves et a assimilé les choses que l'on vis dans le bonne ordre, nous remettent a notre place avec tacte et bon sens si nous sommes dans un ego spirituel trop transgressif. 
Un bon Druide est une personne humble, a l'écoute et qui partage sont savoir faire et ce let au service des autres, a présent je dirais qui ce met au service des personnes capables d'être aider. 
La conséquence en est que ces groupes construisent des organisations hiérarchisées, qui recherchent surtout à satisfaire l'ego des membres avec des titres et des grades. Et le niveau spirituel reste au ras des paquerettes. On trouve aussi des gens psychorigides et intransigeant, après j'ai pu lire quelque part sur le net Grand Druide « Machin-tru, du Grand Ordre de la courgette farcie » bref se méfier des titres pompeux qui sont souvent le reflet d'un ego assez éloigné de l'humilité dont doit faire preuve celui qui se dit Druide. 

Si je me base sur ce que j'ai appris avec les Dieux et au fil de mes lectures et de les études dans le monte matériel, il me semble que tout Druide est un chaman et pas seulement un Druide ou un Prêtre. Donc le Filidh ou le Faith (Voyant ou Devin, qui a un rôle d'intermédiaire et pas seulement d'interprète, ou d'officiant).
Mais en tous cas j'ai appris une bonne chose ici sur le forum eso, c'est que pour avoir une spiritualité sans Ego il ne faut pas se montrer trop rigide dans l'approche de la reconstruction (le côté matérialiste) ni trop dans le new age, parce que chaque personne a son libre arbitre, son choix et ses réactions. 
Pour finir je dirai quand même que dans la mesure du possible, hors agression gratuite nous devons nous respecter les uns les autres. Le respect de l'autre, parce que c'est du respect entre personne que la vie en collectivité, et en bonne intelligence peut avoir lieu, c'est notre but a tous ici je pense ???
Freya pense qu'il faudrait que je m'accorde plus du temps pour moi et que je ne devrais plus fuir, j'ai toujours tendance a fuir ce type de situation, en effet ça me gonfle de me disputer avec les gens...  
La Déesse Freya justement, j'en suis arriver aux mêmes conclusions qu'elle : 
"Il est temps d'être vraiment solitaire et de pratiquer pour toi en premier." m'a t'elle dit.

ça me fait penser quand même aux Hàvamàls 9 et 31. 

"-Sage s'estime celui qui prend la fuite,
Hôte friand de se moqier de son hôte, il ne sait pas bien,
Celui qui ricane au repas, si ce n'est pas avec des coquins qu'il caquette."
-Hàvamàl : 31- (l'Edda Poétique)

"-Heureux est celui qui pendant sa vie
Peut se fier à sa Foi et à son savoir,
Car souvent de vils conseils sont donnés
Par ceux dont le cœur est mauvais."
-Hàvamàl: 9 - (l'Edda Poétique)







Entre le Reconstructionisme et le New Age la Différence c'est l'Ego alors???

Après comme toujours je me pose peut être trop de questions?? 

Mais cette argumentation complexe dans ce sujet  consiste pour moi en une analyse en quelque sorte sur la façon dont l'Ego fonctionne, il est intéressent de faire le lien ensuite entre « Ego » et spiritualité, la « Païenne » ici le « Druidisme » celle des Celtes, les religions New Age, pour le Druidisme « la Gorsedd » se construites en accolant des pièces de religions anciennes ou d'autre groupe ésotériques comme l'ordre Chrétien de la croix rose ou la Franc Maçonnerie, sans respecter la civilisation ... Ceci est exactement la différence entre une religion de l'acceptation du monde et celles de du rejet du monde, le Reconstructionisme lui ce base principalement sur les héritages et les traces laisser par les anciens peuples.
Ce qui est intéressent c'est de voir que l'Ego joue un rôle dans ces courants, Le New Age serai plus le terrain de ceux qui souhaite satisfaire leur Ego et le Reconstructionisme la base de ceux aillant une conscience plus collective. Mais Attention il y a aussi des gens qui on de l'Ego Spirituel outre mesure dans le Reconstructionisme et bien sur des gens éveiller et ouvert sur le monde et leur prochain dans les traditions New Ages, après tout est un dosage. A nous de faire la jointure correcte pour parvenir a l'équilibre.

Sur notre chemin de croissance personnelle ou spirituelle, gardons-nous de croire que nous savons plus ou mieux que les autres car ce que chacun d’entre nous apprend, chaque leçon que la Vie lui enseigne, n’est destiné qu’à lui seul ! Chacun d’entre nous a des chemins différents, des apprentissages différents à faire, des choses différentes à comprendre. Ce qui est bon pour nous ne l’est peut-être pas pour l’autre. Et ce que l’autre trouve difficile, peut-être le trouverions nous, facile. Mais ça ne minimise pas la difficulté de l’autre. L’inverse est aussi vrai dans les deux cas.
Personne ne peut se targuer d’être meilleur qu’un autre. Nous sommes tous égaux, même si nous sommes rendus à des étapes différentes de notre développement.
L’une des principales caractéristiques du développement personnel et spirituel devrait toujours être l’humilité. Car l’humilité nous enseigne à demeurer dans l’amour, dans le non-jugement, l’authenticité, la vulnérabilité, le respect, l’accueil.
Dès que notre ego prend trop de place dans notre vie spirituelle, nous ne sommes déjà plus dans notre spiritualité ! Et ce n’est pas parce que nous tentons d’aider les autres de notre mieux que nous sommes meilleurs qu’eux.
L’enseignement doit rester un geste d’amour, pas d’ego supérieur.
Quel que soit le niveau de spiritualité dans lequel nous évoluons, nous ne sommes pas à l’abri des coups durs et des leçons de la Vie. 
Personne n’est parfait et la Vie se charge de nous le rappeler douloureusement, surtout lorsque l’ego nous fait croire que nous sommes au-dessus de tout ça!
Poursuivons notre cheminement en restant ouverts aux autres et aux signes de la Vie quant à notre prochaine étape. Car c’est la Vie qui nous enseigne le mieux. Et elle le fait sans ego!

Le plus important dans tout ça ??? Je dirai le Bonheur !! Chacun recherche le bonheur parce que, en quelque sorte, il en manque. Nous sommes ainsi portés à nous le représenter comme un élixir rare. Pourtant, il n’échappe à personne qu’on ne trouve pas le bonheur comme on extrait une pierre précieuse, et que son éclat vient plus d’une disposition intérieure que d’une rencontre heureuse malgré l’étymologie. 
On ne consomme pas le bonheur comme un petit sucre qui fond dans la bouche ; notre bonheur, il nous faut le construire et en être l’auteur. 
Il relève donc de la sagesse et de la discipline, il est liberté. Celui qui attend le bonheur comme on attend qu’il fasse beau peut attendre longtemps, car le bonheur ne se reçoit pas et ne s’attend pas : il se fait par le courage et la volonté. Qu’il y ait des conditions objectives au bonheur, c’est certain, mais elles ne suffiront jamais à le faire advenir d’elles-mêmes sans ma participation et mon engagement. Et quand on y réfléchit c'est ce qui distingue le bonheur du plaisir. Le plaisir est éprouver part le corps et le bonheur par l'esprit.
Renoncer au bonheur, même provisoirement, pour être heureux… cela ressemble à ces idées de philosophes, plus faciles à énoncer qu’à mettre en œuvre. Se disposer à être heureux sans attendre du monde un quelconque secours, et penser que le bonheur relève de ma liberté, c’est une opinion de bourgeois, ou de sage, mais comment en faire une maxime universelle du bonheur ? 
Chercher son bonheur en soi-même, dans ce qui dépend de nous, comme disent les stoïciens, et mettre le monde entre parenthèse : qui en est seulement capable ? Et dans les sociétés d’aujourd’hui, où triomphe le consumérisme a outrance ou la catre bancaire et plus importante que l'étique ou la moral, ce bonheur intérieur paraît bien maigre, encore faudrait-il nous prescrire quelques médications appropriées pour que nous puissions en jouir à peu de frais, et sans effort. 
Cela reste dur de ce mettre en disposition de « Bonheur » par une simple décision intérieure, on pourrait décider brutalement d’être heureux. Combien de temps peut durer cet artifice, cette illusion d’un empire total de soi sur soi ? 
Mieux vaut compter sur les conditions matérielles objectives d’abord, et ensuite on peut ce demander comment juger notre bonheur, comment les mettre au service de notre bonheur, et comment notre spiritualité et notre religion peut éventuellement nous amener a vivre ce bonheur avec plus de force. 
Mais même les Dieux, ne sont pas toujours heureux, du moins ceux que je contacte le plus souvent, Odin est souvent grincheux et taciturne quand il contemple ce qu'il ce passe dans le monde, Freya elle même vis des périodes d'angoisses, en partie lier a son passé (ha le passé nul n'y échappe) et tous on du chagrins quand on leur pose des questions sur Balder. On ce doit d'accepter cet état de fait le bonheur n'est pas quelque chose de pérpétuel, il doit s'apprécier quand on l'éprouve et a juste titre, parce qu'il n'est pas éternel mais fugace, intemporel, et c'est un état d'esprit. Pour en revenir a l'Ego Spirituel on pourrais ce poser la question la réalité est elle matérielle ou spirituelle ? Et comment puis je trouver mon bonheur sans nuire a celui des autres dans tout ça ??? Mais encore des questions... A chacun d'entre nous de trouver nos propres réponses.
Si j'étais de sombre humeur, je pesterais encore et encore. Mais ça ne sert a rien au final, le mieux c'est de prendre les expériences de la vie comme elles sont et ce que j'ai vécu ici en me disputant avec les gens, en rigolant et en partagent, parce que j'ai passer du bon temps quand même parmi vous et que j'ai énormément partager de moi même et de tout ce que je connais. En vérité ça ma fait avancer et j'en remercie chaque personnes du Forum.
La plus belle chose dite a mon sujet c'est Princesse Peach qui l'a dit sur le Chat Box, je n'oublierais jamais ces mots gentils :
[...]
"-C’est moche de lire ça une des plus gentille personne de ce forum
Qui partageait avec passion son savoir et le voilà qu’il part..."
-Princesse Peach-



Et si vous vous poser encore la question, c'est bien une sorte d'Adieu que je fait a ce forum parce que je ne passerais peut être que de façon occasionnel a présent. (et encore si j'y retourne, Freya me pousse a le faire, mais pour l'instant j'en n'ai pas du tout envie, peut être pour Baldr Yrungr, en effet elle me rappel qu'il pourrait avoir envie de me parler, mais je me sens trop mal sur ce forum quand je passe dessus pour me connecter). 
Prenant congé je me rend compte de toute les belles choses vécus et aussi des moments difficiles. 
Il est temps que j'avance, plus et que je laisse une partie de moi en arrière... Etant donc de Bonne Humeur je dirais que ce passage sur le forum est quand même plutôt positif dans son ensemble.
Je suis aussi revenu m'exprimer a ce sujet parce que le Déesse Freya qui me guide, m'a d'une part expliquer qu'il était temps pour moi de passer a autre chose, mais de ne pas fuir les conflits, j'ai toujours tendance a fuir ce genres de situations,donc encore du travail a faire la dessus, mauvais souvenirs de l'enfance je pense comme toujours, la source de bien des choses c'est notre enfance... 
De plus je dirais que les sous entendus de certains a mon endroit paraissent ridicules de faite  quand je prend du temps pour  regarder la globalité de mon existence... ???  
Mais bon peut être que les gens qui ont exprimer ça n'ont en faite perçu que des choses qui venaient d'eux même, ce ne serais pas la première fois que l'effet miroir en abuserait certains...  

Aller la seule chose que je souhaite c'est que chaque personne trouve sa voie et l'unité dans son cœur. La Paix c'est ce qu'on devrait tous souhaiter a son voisin.  
Awen.

« - L'Acte moral est une arme de Sagesse, tout dépend de la façon dont tu l'orientes dans ta conscience. Il devrait s'effectuer en vue d'un bien universel et non d'une satisfaction Personnelle. »
-Sagesse Druidique-

« -Maître en enchantements, le Druide a compris que le miracle n'est pas de voler dans les airs ou de marcher sur l'eau, mais de marcher sur terre. »
-Sagesse Druidique-


Chacun son chemin dans la vie, le mien la bas est fini. (le forum) Je ni échangerais plus rien sur le Druidisme.
Ni ne parlerais de mes expériences. Parce que c'est comme ça que les histoires on commencer vraisemblablement.
Car selon moi c'est la meilleur façon d'éviter les disputes et problèmes en tout genre. 
Je fait la différence avec d'autres forums comme "l'Antre des Sorcières" ici où tout ce passe toujours très bien... 

Le plus important c'est de prendre le temps de la réflexion et de bien comprendre tout ça, le mettre en lumière et faire en sorte que ça nous aide a avancer et a progresser. 

Après on revient au fondamental du Druidisme je ne crois pas trop m'avancer en parlant aussi au nom des autres Druides qui pratiquent avec la philosophie, c'est précisément ce que nous faisons. 
Et c'est tout simple : honorer les dieux, être courageux, ne rien faire de bas ! (bon, c'est tout simple de l'écrire, beaucoup moins facile déjà quand il s'agit de l'appliquer.) 



Tout ça pour dire qu'ont doit rester humble quand même parce que les Druides on certes un rôle d'interlocuteurs avec les Divinités et parfois de médiateur entre eux et les hommes, mais on n'a pas de "pouvoir" sur nos Divinités, on na aucun "contrôle" sur elles. Et comme je le dit souvent on est limité dans notre niveau d'action en tant qu'être humain, qui vis sont incarnation terrestre. Le Druide a juste pour but de Travailler sur lui même pour retirer de lui ce qui doit l'être , dissoudre se qui obscurcie la conscience, pour retrouver son état d'Awen (étre spirituel) que le Druidisme dit être l'état primordiale des êtres. Et depuis notre vie dans la matière on ne peut le faire que de façon ponctuel, passé d'Abred (la Matière) a Keugant (les mondes Divins) et trouvé un équilibre dans notre vie entre les deux, ainsi attendre le niveau sacerdotal Druidique de Gwenved ou Fionn (le monde blanc). 
C'est en aillant réaliser ce travail que l'on peut communiquer cerainement avec nos Dieux ou les Esprits et comprendre ce que l'on apprend chez eux. Ensuite pas toute les différentes étapes et choses vécus chez eux on devient, ou plutôt ils nous affectent aux rôle de "Faith" (Voyant, Ovate) ou "Filid" ou "Dulr" (Barde, Poète) c'est ainsi aillant appris chez eux qu'on rapporte ce savoir et cette sagesse qui provient des mondes autres, dans notre monde terrestre. 
Après les Druides fond de la Magie (enfin pas tous) mais bien sur les Divinités n'ont pas besoin de nous pour venir sur terre et ce montrer a ceux qui on les facultés médiumniques de les voirs (comme les Faith ou Voyants /Ovates) c'est comme ça que ça marche, c'est un travail a faire en soit, avec l'aide des dieux et des ancêtres, ce travaille dur et difficile a accomplir et il prend des années, pour ma part je n''ai pas encore l'impression de l'avoir fini, j'ai tellement de chose a régler et a comprendre sur moi même que le chemin pour moi serra encore long, avant que tout soit réparer en moi et claire.
La Spiritualité dans le cadre du Druidisme est un travail qui prend des années et tout les Druides ne l'accomplissent pas. Dans les Ordres Druidiques la plupart ce contentent d'études et de suite de stages, bon c'est surement intéressent aussi, mais je ne sais pas si les personnes fond de réels progres sur elles même??








Sources sur lesquelles je me suis basé pour l'écriture de ce sujet :
Laura Marie, Diane Gagnon, Siddhartha Gautama, Viviane Le Moullec, Henri Hubert, Jean-Paul Bourre et Thich Nhat Hanh

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les trois rayons Druidiques de l'Awen

Comment devient-on Druide?

Comment célébrer les Fêtes Druidiques selon Viviane Le Moullec