Un témoignage Chrétien dans une lettre du Pape Grégoire au Père l'Abbé Mellitus au sujet des Blòts.


 Un témoignage Chrétien dans une lettre du Pape Grégoire au Père l'Abbé Mellitus au sujet des Blòts.

Alors j'ai suite aux discussions que j'ai eu sur le forum eso, un questionnement au sujet des sacrifices et surtout des rituels funéraires, bon je n'ai encore rien trouver sur les rituels funéraires or mi ce que j'avais déjà dans mes livres sur le Druidisme. 
Mais au cours de recherche sur le Net je suis tomber sur cette lettre sur wikipédia de l'Abbé Mellitus, j'ai alors repris un livre sur le Christianisme en Grande Bretagne pour en savoir plus sur ce monsieur (un livre que j'avais survolé de la bibliothéque). "La Conversion De L'Angleterre Au Christianisme, Comparée Avec Sa Pretendue Reformation" par Robert Manning.
Alors je vous poste ça que comme un témoignage. Alors l'auteur de la lettre parle des "démons", c'est en faite la diabolisation de nos Divinités Païennes et premières, on ce doit de mettre les choses en reliefs avec la situation de l'époque. (et prendre du recule a la lecture de ce texte).
Je trouve que le processus de la Christianisation de nos fêtes et célébration comme les sacrifices appeler "Blòts" est super intéressent. Je trouve aussi que certain Saint on parfois ici en Bretagne les même attribues que certains Dieux, Je pense a St Cornély ou St Thégonnec qui me fond vraiment penser a Kernunnos ou a Freyr.... Et d'autre encore. Ce que je fais pas mal de mon côté c'est de retrouver la tradition Druidique et Païenne dans le Christianisme Celtique. Et on en découvre des choses.
Je pense particulièrement a certaines Divinités par exemple chez les Druides Dana a été associer a la Mer (sous le nom Dana) ensuite a l'a terre sous le nom Anù ou Anna, ensuite a la Lune (le Culte lunaire que certains fond encore) Danù. 
Mais en Générale on utilise le terme Dana pour les trois puise que c'est de la même divinité qu'il sagit. Après elle a d'autre noms cette Déesse. Gaïa, Maïa (c'est plus pour le Numinisme et l'Héllénisme = Religion Païenne Romaine et Grecque) 
Je la nome souvent Nerthus dans les rituels de mon côté, parce que je suis un tradition Nordique du Druidisme. On l'appel aussi comme ça dans d'autres traditions.
Cette Déesse de premier plan a donner pas mal de conte et de légende, quand on regarde les livres sur la "matière de bretagne" ou les BD sur la Bretagne de nos jours... 
C'est pour ça qu'elle est très populaire. 
On la connais tous aussi dans la place qu'elle a prise dans le Christianisme Celte de Bretagne, puisse que avec la Christianisation elle a été récupérer pas l'église (ce qui a permis de la conservé dans l'inconscient collectif, du moins en partie) c'est notre St Anne de Bretagne.
On retrouve la même chose avec d'autres Divinités. Par exemple Lugh ou Odin sont devenus St Michel ... Etc 
Mais je pense surtout au pardon de St Reine qui a lieu le 1 Août dans certains coins de Bretagne. 
Autrefois chez les Anciens Celtes on célébrais a la fêtes des Récolte du Premier Août "Lughnasadh" = l'assemblée de Lugh. Les Déesses sombres lier aux récoltes elles aussi, Macha, Morrigù (ou Morrighan) Epona, Kerridwen, Scota, La Cailleach... Etc 
Du coup on retrouve dans le textes Gallois les Quatre Branches du Mabinogi (Mabinogion) le Nom de Regina associer a ces Déesses en questions, et lier au 1er Aoùt. Regina signifie Reine en Latin. 
Voila des traces de St Reine, qui en plus est parfois représenter a cheval ou avec des chevaux, les Divinités Macha et Epona sont des Divinités lier aux Cavaliers et aux Chevaux elles aussi.
Alors on doit quand même être prudent, parce qu'avec tout les fantasmes véhiculés par les Druides... 
Les croyances actuelles en un savoir passé, oublié, qui aurait été détenu par des "érudits" de différentes époques, ici en l'occurrence les Druides. Je pense qu'il y a toutefois une influence dans l'inconscient collectif qui ce développent, à travers les jeux de rôles, à travers le cinéma, et cela bien qu'il y ai des choses cacher avec la Magie Druidique et les expériences avec nos Dieux et Déesses dans le voyage astral et le travail qu'on fait avec eux. Les Gens pensent toujours que les Druides étaient en premier lieux des philosophes ou uniquement des Magiciens, alors que je pense plus au rôle de rééquilibrent ou d'intermédiaire qu'ont les Chamanes, il y a aussi une certaine méfiance face à la médecine et la science actuelles qui influe sur l'image des Druides que ce fait l'homme moderne.
Donc on peut ce retrouver avec quelque chose comme des mythes modernes, plus ou moins inspirées des mythologies anciennes. (bon c'est peut être un peut idiot ce que je dit et les remarque que je fait ne sont peut être pas claires?)
Mais la démarche historique ne peut pas se contenter d'affirmations, mais doit reposer sur des preuves (ou au moins sur des indices, des traces).
Au regarde des Traces laisser par les Druides dans le Christianisme Celtique, notamment les Pardons en Bretagne, Je pense que les Anciens Druides étaient surtout des Prêtres et des Guérisseurs. Qui avaient aussi un rôle dans la recherche de ressources cynégétique et halieutique, aussi bien que le savoir des plantes justement pour la médecine. Il suffit de regarder comment se comportent les "très sachant" des autres traditions premières Chamaniques en Sibérie, en Amazonie ... etc.
Bon pour en revenir a la fameuse lettre :

Voici la copie de la lettre écrite le Pape Grégoire au Père l'Abbé Mellitus, avant son départ pour l'île de Bretagne (l'actuelle Grande Bretagne) en 601 après J.C.

" -A son très cher fils le père abbé Mellitus, Grégoire serviteur des serviteurs de Dieu.
Nous n'avons cessé d'être soucieux après le départ de la congrégation qui t'accompagne, parce que nous ne savons rien de l'heureuse issue de ton voyage. Lorsque le Dieu Tout-Puissant 'aura fait parvenir auprès du très révérend évêque Augustin, notre frère, dis-lui que j'ai longuement réfléchi au sujet des Angles: je veux dire qu'il ne faut pas détruire les temples qui abritent les idoles, mais les idoles qui s'y trouvent ; on aspergera les temples avec de l'eau bénite, puis on érigera des autels où seront disposées les reliques. Car si ces temples ont été convenablement bâtis, il est indispensable qu'ils passent du culte des démons au service du vrai Dieu. Ainsi, voyant que leurs temples ne sont pas détruits, les habitants pourront renoncer du fond de leur cœur à leurs erreurs et, connaissant désormais le vrai Dieu, se sentir d'autant plus prêts à revenir l'honorer dans des lieux qu'ils fréquentaient naguère.
Comme on les avait habitués à égorger un grand nombre de bêtes pour les offrir en sacrifice aux démons, il faudra également, à la place de ces sacrifices, instituer des fêtes solennelles: le jour de la dédicace ou de la naissance des saints martyrs dont on expose. les reliques, on pourrait leur faire aménager des huttes de branchages autour de ces temples convertis en églises, et célébrer la solennité au cours d'un festin à tonalité religieuse. Ils n'offriraient plus de bêtes au diable, mais abattraient du bétail pour glorifier Dieu par leur repas, faisant monter leurs actions de grâce vers Celui qui leur prodigue tous ces biens nécessaires à leur subsistance. De la sorte, pendant qu'on accordera ces plaisirs à leur corps, leur âme sera plus réceptive aux consolations de la grâce divine.
Il est impossible de tout effacer d'un seul coup de leurs cœurs rudes; de la même manière, celui qui s'efforce de gravir un endroit élevé s'élève par degrés et petits pas, non par des bonds. Ainsi, lorsque les enfants d'Israël étaient en Égypte, le Seigneur se fit connaître Lui-même, mais Il leur permit de conserver l'usage des sacrifices qu'ils avaient l'habitude d'offrir naguère au Diable, lorsqu'il leur enjoignit, dans le culte qu'ils Lui rendraient, de Lui offrir des animaux en sacrifice. Ainsi, pendant que leurs cœurs changeaient, ils perdaient une chose dans le sacrifice tout en en conservant une autre: ils continueraient d'offrir, certes, des bêtes en sacrifice, mais, comme ils les abattraient pour les offrir au vrai Dieu et non pas aux idoles, ces rites n'auraient plus rien à voir avec les anciens sacrifices. Tout cela, je le confie à ton affection pour que tu en fasses part à notre frère, afin qu'il examine, sur place, de quelle manière le mettre à exécution.
Que Dieu te garde sain et sauf, mon cher frère.
En date du 18 juillet, la dix-neuvième année du règne de notre pieux et auguste empereur Maurice Tibère, la dix-huitième année après le consulat de Notre dit Seigneur, la quatrième indiction. "

Si je trouve d'autres choses intéressantes j'en posterais des sujets.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Comment devient-on Druide?

Les trois rayons Druidiques de l'Awen

Le cheminement Druidique Solitaire